Pour Pâques c’est Eggstra

Pour Pâques c’est Eggstra

La designeuse strasbourgeoise Beatrix Li-Chin Loos s’est inspirée des oeufs Fabergé pour en livrer une série de versions contemporaines, toute en rondeurs : les soliflores Coquettes. # Emmanuel Dosda

Conçues en pierres et métaux précieux pour les tsars, les sculptures ovoïdes un rien kitschouilles de Pierre-Karl Fabergé à la fin du XIXe siècle prennent des allures minimalistes, gracieuses et actuelles grâce à une artiste aimant les formes géométriques simples, les couleurs primaires et les surfaces lisses. Si Beatrix Li-Chin Loos cite souvent le Bauhaus dans ses travaux, elle s’éloigne ici de Walter Gropius et s’approche du « symbole du renouveau et de l’origine de la vie » selon la créatrice qui évoque le galbe d’un objet « doux au toucher, comme une peau veloutée ». Les Coquettes, qu’on a envie de saisir et de caresser, ont cependant une fonction : il s’agit de petits vases épurés d’une dizaine de centimètres de haut, modelés avec délicatesse par des tourneurs alsaciens. Scindés en deux et légèrement décalés, les oeufs en hêtre poncé laissent apparaître un intérieur laqué et coloré. Ils reposent parfois sur un pied, leur donnant la fière allure de raffinés coquetiers.


Les pièces de Beatrix Li-Chin Loos sont en vente chez Ligne Roset (de 80 à 160 €)

ligne-roset.com

slowdesigncreations.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.