Le don de soi

© Celine Guillerm

Le don de soi

Don Nino (du groupe de rock hypno-afro-beat NLF3) sera en concert solo au Café de la Biennale pour présenter son dernier album, généreux et spleenique, un orage pop au milieu des bois, loin des habitations modernes. # Emmanuel Dosda

En quoi vos projets personnels (NLF3, Prohibition) et multiples collaborations (Married Monk, Françoiz Breut…) nourrissent-ils Don Nino ?

Toutes les expériences que vous citez sont des moments de partage, de création, dans une dynamique que l’on pourrait rapprocher de l’idée de creuset. Pour Don Nino, j’ai tendance à réellement créer en autarcie, puis dans la dernière ligne droite, je fais intervenir d’autres savoir-faire pour finaliser les morceaux. Mes activités en groupe, en tant que réalisateur ou musicien additionnel, ont une influence sur mon parcours personnel car ils constituent des phases d’échange, des pauses et incitent à des gestes créatifs différents. Cela me ressource et me permet de retrouver l’énergie de m’y remettre en solo.

Cet album a été écrit dans la quiétude de la campagne normande, mais il semble plus “nerveux” que tous vos disques précédents. La nature a-t-elle éveillée des sensations auxquelles vous ne vous attendiez pas ?

Oui, c’est exactement ça. Il y a de l’électricité dans ce disque de campagne ! Non seulement parce que j’avais le désir de rendre la guitare électrique centrale, mais aussi parce que j’ai été animé par une recherche de sons et de thèmes, isolé dans une maison au milieu d’une forêt. Finalement, l’album parle de l’impact de l’humanité sur l’environnement naturel. Il y a des textes plus oniriques aussi qui font écho à cette thématique.

Vous citez l’influence de Cure, mais la silhouette brumeuse de Smog semble planer plus que jamais sur ce disque.

Bill Callahan est un magnifique songwriter. Alors je le prends pour un beau compliment ! S’il y a un point commun avec Seventeen Seconds de Cure et le travail de Smog, c’est effectivement cette recherche sur les sons, les reverbs des guitares et les claviers, et puis les rythmes, très cadencés et secs.


TOP 5 DON NINO

1. Miles Davis, Bitches Brew

2. Baden Powell, A Vontade

3. Syd Barrett, Barrett

4. Leonard Cohen, New Skin For The Old Ceremony

5. Fugazi, Steady Diet Of Nothing


24/05

Le Café de la Biennale (ancienne Poste, avenue de la Marseillaise)

➜ Le Café de la Biennale est prolongé jusqu’au 31/05, avec Winter Family (02/05), Bad Juice + Dom Ferrer (03/05), Votour + Goomar (04/05, Les Chapeaux noirs (10/05, lire Mix n°235), Blind Butcher (11/05), World Brain (16/05) , Snowgoons + Reef The Lost Cause (17/05), Kurtis Blow (25/05)

Rhapsody For The Dead Butterflies (édité par Prohibited Records)

prohibitedrecords.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.