La paix dans l’Alma

La paix dans l’Alma

Ombres sonores cuivrées et rêves liquides dans une jungle de notes bleues. Rythmes cubains et jazz désaxé. Chapeau bas, Les Chapeaux Noirs, quatuor strasbourgeois auteur d’Alma, album hommage à la nouvelle génération à laquelle on lègue un monde plein de Déséquilibres, mais aussi d’immortelles beautés et un héritage musical d’une infinie richesse. Dans le panthéon de Léonard Kretz (saxos), Sébastien Valle (claviers), Lionel Ehrhart (contrebasse) et Victor Gachet (batterie), leader de la bande, citons Esbjörn Svensson, Erik Truffaz, Brad Mehldau ou Avishai Cohen (pas si vieux, mais faisant déjà partie des “classiques”) même s’ils se reconnaissent parfaitement dans l’avant-garde jazzesque incarnée par Kamaal Williams ou Kamasi Washington. Ce dernier collabore régulièrement avec des artistes issus d’autres chapelles : une ouverture d’esprit que Les Chapeaux partagent avec lui, notamment lorsqu’ils s’inspirent des musiques afro-latines de Chucho Valdès (le chaloupé Belle de Nuit) ou, en live, quand ils reprennent Massive Attack (Angel). Le secret de ces quatre fantastiques ? Une belle complicité scénique. La cohésion de groupe est une condition sine qua non : « On se connaît très bien, depuis longtemps, et la confiance mutuelle qui nous unit est la clef du travail. Toutes les idées de chacun sont toujours écoutées et testées. En résidence, nous avons davantage interagir sur scène, à transmettre des informations par nos regards », nous confie Victor, porte-parole archi-tatoué d’un combo ultra-complice.


Édité par Jazzin’ Translation et La Coda
(15 €)
leschapeauxnoirs-jazz.com
➜ À La Boule Noire (Paris), le 20/04
➜ À l’Espace Théodore Gouvy (Freyming), le 18/05
➜ Au Grillen (Colmar) dans le cadre du Colmar Jazz festival (en mai, date en cours de confirmation)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.