Cookie, un homme libre

Cookie dans son jardin, photo de Benoît Linder pour Mix

Cookie, un homme libre

Il a suffi d’un hit, Femme libérée, pour que le strasbourgeois Cookie Dingler marque au fer rouge (et noir) la variété française. Rencontre chez lui, avec un gars plus qu’« aimable », icône des eighties à qui Le PréO offre une carte blanche. # Emmanuel Dosda

La tournée Stars 80 – avec Jean-Luc Lahaye, Images ou Début de Soirée – c’est par passion ou pour le pognon ?

Un peu des deux. C’est une énorme production, avec d’excellents musiciens : un gros show remember très huilé… durant lequel je chante Femme libérée pour la millionième fois ! Reste que l’ambiance est sympa entre nous, c’est la colonie de vacances, on se fend la gueule devant 5 000 personnes minimum.

À quelle génération appartient le public ?

Des gens qui n’étaient pas nés à l’époque ! Ils disent que ça leur a été transmis par leurs parents, dans la bagnole. Je pense que cette décennie était particulière…

Je viens de réécouter les deux titres pour m’en assurer : la ressemblance entre Femme Libérée et The Passenger d’Iggy Pop saute aux oreilles. Hommage ou plagiat ?

À vous de dire… Le directeur artistique d’Island m’avait fait cette remarque, mais il n’y a jamais eu de suite à ça, ni de scandale… Je n’ai jamais été un grand fan d’Iggy Pop et trouve personnellement qu’Aïcha de Khaled et ses quatre accords ressemblent étrangement à Femme libérée ! [il chante] « Comme si je n’existais pas, elle est passée à côté de moi… » Son auteur, Goldman, en a fait trois comme ça ! Il le reconnait d’ailleurs. L’originalité de mon morceau est qu’il est en sol mineur alors que tout le monde glisse vers le la, ce qui donne un côté plus bizarre à cette chanson dans laquelle des rappeurs ou fans de reggae trouvent leur compte, grâce à ce petit balancement ! J’écoutais beaucoup Bob Marley ou Peter Tosh au milieu des années 1970, parmi les oliviers, dans le Sud de la France.

Durant votre carte blanche, allez-vous reprendre Lou Reed, Bob Dylan ou les Stones, vos héros de jeunesse ?

Comment, ado, passer à côté de l’écriture de Reed ou des textes de Dylan ? Lorsque j’ai commencé à faire de la musique, nous reprenions le Velvet ou Sleely Dan avec le groupe. Étrange, pour des petits strasbourgeois, de s’approprier des paroles de New-yorkais… Cette carte blanche est surtout l’occasion de se faire plaisir, avec mes copains musiciens*. Je ne sais pas encore ce que je vais jouer, mais je rendrai sans doute hommage à ceux qui m’ont donné envie de faire de la musique.

Vous allez jouer des morceaux inconnus, qui trainent au fond d’un tiroir ?

J’ai écrit pas mal de titres durant ma carrière, notamment lorsque je faisais partie de la revue de La Choucrouterie, mais ils répondaient à un thème particulier, dicté par le sujet du spectacle, à une commande… J’ai aussi composé bien d’autres choses, parfois barjots, bien rock’n’roll, que je jouerai sans doute.

Par quoi avez-vous remplacé l’héroïne ? Quelle est votre nouvelle came ?

Par rien, j’ai arrêté du jour au lendemain. Je ne fais plus de sport alors que j’étais tennisman, mais un bon vin me fait bien plaisir ! La drogue est la pire des maîtresses : c’est la dépendance absolue, tellement violente. J’ai une qualité : celle de savoir m’adapter à des situations et tourner la page si nécessaire.

Vous êtes plutôt playboy ou PDG ?

PDG ? Je suis incapable de gérer cinq euros ! Par contre, je suis charmeur, c’est vrai. Je séduis, ça fait partie de mon métier où il faut plaire.

Êtes-vous jaloux de la carrière de votre fils, Tom, qui cartonne aux côtés de son copain de lycée, Alex Lutz ?

Mais comment peut-on poser une question pareille ?!?

 


* Il sera accompagné de Paul Boulak, Pascal Beck, Christian Clua, Serge Haessler, Matskat, Michel Ott, Franck Wolf, Pilou Wurtz, Matthieu Zirn…

18/04

Le PréO (Oberhausbergen)

le-preo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.