Rock kaléidoscopique

© Laura Sifi

Rock kaléidoscopique

« Comme Frank Ocean », le jeune strasbourgeois Théo Cloux, alias T/O, s’inspire d’images collées sur les murs de son appart’ pour composer des titres frappadingues. Chronique d’un carton annoncé ! # Emmanuel Dosda

T/O s’est pris trois décharges soniques dans les tympans et le palpitant : John Coltrane (grâce à un papa jazzeux), Syd Barrett (musicien aussi doué que barré) et Connan Mockasin – sorte de Warhol qui aurait fait une cure d’hélium et de champignons magiques –, vu en live dans la ferme d’un bled meusien : un improbable 14 juillet 2012 où mirabelle et décibels coulaient à flots. Le compositeur qui a fait ses gammes au Conservatoire n’est pas sorti indemne de ce triple choc musical humant le génie et la folie : as du piano, il a “désappris” le solfège pour composer des titres “freetasmagoriques” issus de longues séances d’enregistrement en solo dans son home-studio de la Krutenau. Chaque morceau d’Ominous Signs, son premier album, est un amoncellement de couches sonores à l’épaisse tessiture, de multiples pistes (jusqu’à 130 par chanson !) riches en coloris. Un mille-feuilles de voix-basse- batterie-guitare-saxo-échos-reverb’ trouvant son origine sur le “mur d’inspiration” de T/O où sont accrochées cartes postales old school orientalisantes et anciennes photos de famille mal cadrées et jaunissantes.

Ominous Signs,
édité par October Tone
octobertone.com

Release party de l’album, 31/03 au Molodoï (Strasbourg)

molodoi.net

 

Enregistrer

Enregistrer

One comment

  1. Nintenbit
    Reply

    Merci pour ces super adresses que je note!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *