NOUVELLES STARS : SOUS LE SOLEIL DE SATAN

© Antoine Villiers

NOUVELLES STARS : SOUS LE SOLEIL DE SATAN

Le jeune groupe signé sur le label strasbourgeois Deaf Rock surfe sur le succès aux USA grâce à son rock qui sent bon le sable de la côte ouest. The Blind Suns a mis des coquillages dans ses guitares pour sortir Offshore, leur second album ! # Emmanuel Dosda

Après l’effondrement du Mur, la Pologne découvre le goût de l’Amérique, parfois dans toute son outrance, préparant le terrain à Dorota Kuszewska qui baigne très tôt dans les riffs d’AC/DC, grandit en regardant MTV et son flux continu de clips et écoute No Doubt en boucle, avant de passer aux choses nettement plus sérieuses : le spleen du Velvet Underground, la brume de Jesus & Mary Chain et les mélopées iodées de Dick Dale. La sainte trinité pour Blind Suns, nous confie Dorota, Ray-Ban rouges sur le nez, frange sixties sur le front et marinière sur les épaules. La musique de son groupe créé à Angers peu de temps après l’arrivée de la chanteuse en France, évolue dans ces eaux (troubles) infestées de Crocodiles (Charles Rowell du célèbre combo américain a produit Offshore) et autres Alligators. Le second long format de Blind Suns hésite entre Boulevard de la mort de Tarantino et Point Break de Kathryn Bigelow, la noirceur de Cure, les nuits californiennes de Best Coast et la grâce de Mazzy Star. Offshore ressemble à un trip en van vers LA et à une surf party au beau milieu d’une tempête de sable dans un désert d’Arizona.

En concert samedi 16/06 à la Laiterie, dans le cadre du festival Scènes d’ici avec T/O, Hassan K, Gavin Meidhu, Goomar, Flo Chmod, Posterboy Machine et Claire Faravarjoo
artefact.org


 

 

 

 

 

 

 

Offshore, édité par Deaf Rock
label.deafrock.fr

 


MONSTRES & CIE

Un géant rouge et cornu ou un être flasque et puant : l’illustratrice strasbourgeoise Sandrine Thommen nous fiche la trouille avec ses monstres venus du pays du soleil levant, loin, très loin du gentil Totoro… brrrr ! # Emmanuel Dosda

Une tête baladeuse se nourrissant de chair humaine. Une créature au nez cyranesque capturant les enfants. Une tortue pétante dotée de trois anus. Le Kirin, espèce de dragon bien connu des buveurs de bière, le Nopperabô, personne sans visage, le Tanuki, sorte de chien aux énormes testicules. Fleur Daugey (textes) et Sandrine Thommen (illustrations) recensent les drôles de bébêtes légendaires japonaises, les vilaines bestioles ou monstres gentils (souvent les deux à la fois), tour à tour effrayants, marrants ou simplement repoussants. Réalisés minutieusement à la gouache, les Yôkai (Actes Sud junior) décrits par l’artiste strasbourgeoise qui a fait une fructueuse résidence à Kyoto sont d’une incroyable finesse. Hiroshige était-il alsacien ?

actes-sud-junior.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.