NOUVELLE TÊTE: ARTHUR, KING OF POP

© Hector Di Napoli

NOUVELLE TÊTE: ARTHUR, KING OF POP

Arthur ELY, grand échassier au mignon minois, fait un ego trip dans un lit à baldaquin, confondant PNL et Oscar Wilde. Rencontre avec un jeune artiste strasbourgeois qui emprunte la voie royale. # Emmanuel Dosda

« Le romantisme n’est plus à la mode », déplore Arthur ELY, cheveux en pétard et regard noir, regrettant de ne pas être né dans le faste décadent du XIXe siècle. Le musicien dandy semble tout droit sorti d’une toile hyper-académique de Gérôme, mais cite Le Bitume avec une plume de Booba. Il kiffe la période rose de Picasso autant que La Petite voix de PNL. Avec son rap Second Empire, ELY ne reflète pas la jeunesse d’aujourd’hui, mais vit bien dans son époque, philosophant un temps sur la vacuité de l’existence avant de « penser avec [s]a bite » l’instant d’après… du moins dans ses chansons. Les jolies filles, ses muses, « perdent la raison » en écoutant ses titres, prétend-t-il : sa « modestie est restée à la maison », alors il joue à fond la carte de l’immodestie crâneuse, de la fanfaronnade rap, du hip-opium baudelairien.
Arthur entre à peine dans l’arène du game qu’il s’impatiente. « Peut-être que dans dix ans je n’aurais plus d’inspiration », confie ce Roméo Elvis alsacien : lui aussi, manie la langue avec la même dextérité qu’une guitare acoustique à la main. Nostalgique d’un temps qu’il n’a pas connu (le siècle de Flaubert), il n’adopte pas « la posture du rappeur vénère », mais balance des punchlines sur des beats electro où il se vante… de lire des bouquins. « Je bouffe des livres comme à la Renaissance et des chattes comme un nouveau naissant », balance-t-il. À raison ou à tord, je pense que nous allons prochainement beaucoup entendre parler de ce Narcisse moderne qui encense Vald ou Damso et exècre « les oxymores périmés ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.