MAKE HIP-HOP GREAT AGAIN

Photo de Bartosch Salmanski

MAKE HIP-HOP GREAT AGAIN

Adoubé par un VIP de luxe, l’immense slameur Mike Ladd, FREEZ, groupe strasbourgeois porté par Eli Finberg, édite un premier album qui sort le rap de l’étroitesse des cases stylistiques : Frame. FREEZ, le hip-hop friandeez. # Emmanuel Dosda

Flamin Goes, morceau phare du sept titres de FREEZ, est un joyeux pot-pourri lexical, un méli-mélo sonique, une jubilatoire battle de lyrics entre Eli, rappeur américain exilé à Strasbourg, et le britannique Mike Ladd, World champion de spoken word installé à Paris. Les langues se délient et les mots fusent sur un Beat (Generation) sec. Proche du cut-up et de l’écriture automatique surréaliste, les textes se connectent et prennent sens, presque malgré le tandem d’auteurs, dépassés par ses propres créations. Le clip psyché et dada qui l’accompagne met en scène, de manière quasi subliminale, des personnalités aussi diverses que Bob Marley, Ringo Starr, le pape Benoît XVI, Ravi Shankar ou Ol’ Dirty Bastard. Cherchez l’erreur…

Photo de Bartosch Salmanski

Écoutez bien. Regardez autour de vous. Tendez l’oreille pour reconnaître la voix l’Emily Loizeau, celle du new-yorkais IllSpokinn, les influences du groupe qui vont de Pink Floyd à Jack Kerouac, des BO internationales à la littérature anglo-saxone, du cosmo-jazz à la Sun Ra à l’anticonformisme rap d’Antipop Consortium. Grosse voix et corps filiforme, Eli Finberg a mis quatre ans à « accoucher de ce disque », un format court pour davantage de cohérence, après un tri drastique. Le space rap de Frame est le fruit d’un travail de groupe, entremêlant la batterie énergique d’Arthur Vonfelt, la trompette supersonique d’Octave Moritz, le clavier atomique de Quentin Rocha et les lyrics hyper-dynamiques d’Eli Finberg. D’habitude courtois, ce dernier lâche les chiens et s’emporte tout au long d’Oswald qui clôt le disque : une instru dark et des propos hargneux. Le MC s’adresse à Trump en lui crachant des injures, « pour parler son langage », avec du « Fucker » et du « Sucker ». Il sort de ses gonds et c’est bon.

Release Party à La Laiterie

08/11 (avec le génial nancéen M.A BEAT en première partie)
artefact.org


Frame
freeztheband.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.