FOLK ASTRAL

FOLK ASTRAL

Léonie Risjeterre et Ross Heselton, fondateurs du label strasbourgeois Soleils Bleus, n’ont rien compris au monde actuel qui starifie les artistes avant même qu’ils n’aient produit quoi que ce soit et ont sorti, dans la confidentialité, des disques à la beauté brute. Do it yourself, but not alone : telle est leur devise. # Emmanuel Dosda

Une étoile est née. Un soleil. Devant nos yeux, à la Médiathèque Tomi Ungerer de Vendenheim. Le franco-britannique Ross Heselton, pieds nus, un ghunghuru indien (bracelet de grelots) accroché à la cheville, entame une danse tribale en répétant des mots de Son House, tel un mantra a cappella. Il reprend le musicien du Mississipi né « il y a de très nombreux printemps » et se glisse dans sa peau, habité. Ross, revenant tout juste d’un séjour d’apprentissage de danse au Sénégal, n’est pas centenaire, contrairement aux apparences. Il n’a même pas 25 ans, mais chante Leonard Cohen ou ses propres morceaux comme un antique bluesman. Une rencontre s’impose et rendez-vous est pris au Marché Bar, son QG, avec une certaine Léonie Risjeterre… qui s’avère être un garçon, Quentin de son vrai nom, coresponsable du micro-label Soleils Bleus avec Ross. Nous ne sommes pas plus étonnés que ça : la musique folk qu’ils produisent et défendent ne se laisse pas dater au Carbone 14, et s’avère sans sexe ni frontières. C’est dans un couloir de la HEAR, il y a trois ans, qu’a vu le jour le collectif organisateur d’événements poétiques VIE et son émanation musicale, la maison de disques DIY sortant des CD-R customisés en édition limitée. L’artwork brut – à l’image des enregistrements – est soigné mais fait dans l’urgence. La dernière livraison de Quentin, entrelacs de notes de guitare douze cordes, d’harmonium, de piano droit et de field recordings, est accompagnée d’une pierre, glissée dans la pochette, telle « une offrande faite à l’auditeur » selon l’auteur des trois longs titres contemplatifs de Tresseterre, promenade sonore au pays des songes. Les douze sorties de Soleils Bleus – mélange de folk ancestral, de sifflements d’oiseaux captés au Petit Ballon ou de chant céleste (de Lucy Miller) – sont autant de dons faits aux dieux d’hier et de demain, d’ici et d’ailleurs.


Prochaines dates de concert :
31/03, Ross Heselton & Augustin Soulard au Molodoï (release party de T/O)
02/04, Lucy Miller au Marché Bar
16/04, Léon et le Béton Coulé au CEAAC
20/04, Ross Heselton au Grillen (Colmar)

soleilsbleus.bandcamp.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.