VOIX LIBÉRÉES

VOIX LIBÉRÉES

Pour sa huitième édition, le festival Voix étouffées prend Mémoires d’exil pour thème. Au menu, des musiques souvent jubilatoires de compositeurs victimes des totalitarismes. # Hervé Lévy

En 2003, le chef d’orchestre Amaury du Closel a fondé Voix étouffées, un projet global, à la fois ensemble musical, centre de recherches et forum organisant un festival biennal. L’objectif ? Permettre au plus large public de découvrir des compositeurs victimes des totalitarismes. Pour cette nouvelle édition, le festival élargit son champ de vision. Si l’on retrouve en effet des musiciens persécutés par le nazisme ou le communisme – notamment dans le passionnant programme regroupant des œuvres de Weil, Hindemith, Toch et Korngold (Le Point d’eau, Ostwald, 08/10) – il sera aussi possible d’entendre un ensemble rassemblant des musiciens d’orient et d’occident (01/10, Mémorial d’Alsace-Moselle, Schirmeck). S’y répondent piano, batterie et instruments traditionnels (dotâr ou rubab, par exemple) pour un programme où des œuvres vocales de Kurt Weill – avec Alabama Song, How deep is the ocean – que vomissaient les nazis rencontrent des chansons d’amour afghanes, un répertoire banni par les talibans. en l’Église saint-guillaume l’ensemble strasbourgeois Accroche Note propose une excitante déambulation (12/10) avec des pièces de Kurt Weill (sa glamourous Frauentanz), Hanns Eisler, Józef Koffler (l’extatique Die Liebe) et Franz Schreker dont on entendra Der Wind. Après une série de collaborations avec Grete et Elsa Wiesenthal, deux sœurs pour lesquelles il avait écrit des musiques de ballet – comme la pantomime Der Geburtstag der Infantin d’après Oscar Wilde – le compositeur imagina cette œuvre en 1909 à partir d’un poème de la première. Dans cette partition soufflent de délicieuses réminiscences debussystes, étonnants affleurements impressionnistes. on se laisse porter avec jubilation, flottant dans les ondoiements de la brise, tantôt balloté par une bourrasque, tantôt pris par le murmure léger du zéphyr.

Mémorial d’Alsace-moselle (Schirmeck), le Point d’eau (Ostwald), le Struthof (Natzwiller), Églises Saint-Guillaume, Saint-Thomas et Saint-Pierre-le-Jeune (Strasbourg) et Sainte-Croix (Kaysersberg)
01/10-14/11
voixetouffees.org

Photo © Rossen Donev

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *