ÉTANCHER SA SOIF

ÉTANCHER SA SOIF

Fort de ses dix années d’expérience à la tête du PréO (Oberhausbergen), Gérald Mayer s’installe à la direction du Point d’Eau d’Ostwald. Il nous raconte les débuts de cette nouvelle aventure, dans ces murs qu’il travaille encore à faire siens. # Amélie Deymier

Dès sa première visite au Point d’eau, Gérald Mayer a été frappé par « ses espaces, ses volumes, son équipement technique, son acoustique et son équipe ». Nouvelles dimensions, nouvelles ambitions. Il laisse derrière lui la frustration de ne pas pouvoir présenter certains spectacles comme Pixel, de la compagnie Käfig, programmé le 16/02 au Point d’eau. De la danse hip-hop et des arts numériques, tout à fait raccord avec l’urbanité du lieu. D’ailleurs l’un des premiers projets de Gérald Mayer est d’offrir au Point d’eau une labellisation culture urbaine. En pratique il s’agit de s’ouvrir aux arts graphiques comme le street art, de transformer le hall et pourquoi pas la ville en lieu d’expositions temporaires ou permanentes, de croiser les disciplines. « Je veux que l’art habite la ville, que les habitants d’Ostwald vivent l’artistique au quotidien, qu’ils soient décomplexés par rapport à un lieu culturel où ils auraient une certaine retenue à venir. » Pour atteindre ce but, lui et son équipe commencent à tracer de grandes lignes autour des- quelles viendra se tisser leur nouveau projet mêlant musique, danse, théâtre, humour, nouveau cirque et spectacle jeune public. Mais avant de commencer à rêver partenariat avec Pôle Sud ou artistes en résidence dans la petite salle, il a fallu terminer l’embryon de programmation de l’année à venir. et cela n’a pas été facile. Boucler une saison au mois de mai, c’est comme arriver à la criée avec la voiture balai. Le nouveau directeur a donc ouvert son carnet d’adresses, fait appel à des artistes qu’il connaissait déjà comme charlotte Lagrange qui ne cesse de monter et vient questionner l’identité dans Tentative de disparition. Des spectacles qu’il avait déjà programmés au Préo comme Le Crépuscule par l’atelier du premier acte, une mise en scène de la dernière rencontre entre de Gaulle et Malraux dans une adaptation théâtrale de l’essai Les Chênes qu’on abat… ou des spectacles qu’il voulait jouer sans en avoir les moyens techniques comme Les Faux british, thriller théâtral burlesque et flegmatique. sans oublier quelques valeurs sûres : concert du festival Musica, Anthony Joseph, Manu Dibango, Alexis Michalik… et quelques bons crus, comme Hippolyte, nouvelle création de la compagnie strasbourgeoise Le talon rouge. Au final, cette nouvelle saison ressemble un peu, beaucoup à Gérald Mayer, mais pas encore passionnément. Pour cela, il faudra attendre la prochaine, quand il aura terminé de déballer ses cartons et sera comme un poisson dans Le Point d’eau.

lepointdeau.com

PROCHAINEMENT AU POINT D’EAU

1  L’orchestre d’Hommes-orchestres joue à Tom Waits (dans le cadre de Musica), jeudi 05/10
2  Panchakanya, Gayatri Sriram et ses musiciens, vendredi 13/10
3  Mon Royaume pour un cheval, Théâtre des Crescite, mercredi 18/10
4  Mock The Borders, Jeremy Lirola Quartet (dans le cadre de la tournée des régionales), vendredi 20/10

Photo de Benoît Linder pour Mix

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *