DOSSIER SPORT: Coupe-la comme Beckham

DOSSIER SPORT: Coupe-la comme Beckham

Les strass et la street ! David Kodat, hairstylist aux mains d’or et au grand cœur, coiffe les stars du foot en semaine et les SDF le week-end. Portrait d’un champion. # Emmanuel Dosda

Rasage. Coupe. Shampoing. Rinçage. Coiffage. Séchage. Les clients entrent et sortent du salon schilikois Évolu’tif. Sur un fond sonore r’n’b (Work de Rihanna), David travaille, hyper concentré sur la tête de Pablo Martinez, défenseur du Racing Club de Strasbourg Alsace dont l’extrême coquetterie le mène chez son coiffeur préféré toutes les deux semaines. Pourquoi lui et pas un autre ? « C’est le meilleur : il sait prendre le temps nécessaire pour bien faire les choses », explique Pablo tandis que des ciseaux experts cliquettent au-dessus de sa houpette. « Je suis fidèle en amour comme en coiffure », ajoute-t-il en riant avant de filer s’entraîner. À proximité du comptoir, trône une photo du paternel, « héros » de David, toujours aux côtés de son rejeton au salon : il a lancé l’affaire et initié son fiston à l’art de la coupe… version champions League ! Ça roule plutôt bien pour celui qui a ouvert un second Évolu’tif, à Cronenbourg, en 2006, attirant une clientèle large et parfois peu commune : les joueurs du Racing. Presque tous passent sur le fauteuil de l’artiste des tondeuses et rasoirs, d’Anthony Gonçalves à Jonas Martin en passant par Ihsan Sacko et Kenny Lala. La plus forte demande ? Un très technique dégradé progressif avec rasage plus ou moins à blanc au dessus des oreilles. Exit l’iroquoise footopunk façon “Beckham coupe du monde 2002” et c’est tant mieux… Les étoiles montantes du ballon rond se pressent chez David, tout comme les stars du showbiz, comédiens ou mannequins parisiens tel que Djiby Sy, le frère d’Omar. Les lumières des spotlights n’aveuglent nullement notre as du tif qui reste humble : « Je sais d’où je viens, d’une famille qui n’avait rien du tout. Mon père a quitté la Turquie pour nous construire un avenir meilleur et il s’est battu pour ça. Il faudrait écrire un livre sur lui. » Pour David, « la solidarité est notre remède » : chaque dimanche, il maraude dans les rues strasbourgeoises avec l’association Les compagnons de l’espoir, distribuant des denrées alimentaires… et offrant ses services d’hairstylist aux plus démunis. Il leur donne à manger et une bonne dose d’humanité, faisant un grand-écart entre paillettes et réalité de la rue. Pour son prochain, pour l’amour de son « métier », pour son « équilibre ».

Évolu’tif

20 rue des Pompiers à Schiltigheim

103 route de Mittelhausbergen à Strasbourg-Cronenbourg
/zaferdavid.kodat

Photo d’Alex Florès pour Mix

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *