L’ÉTÉ EN FÊTE : FRENCH TOUCH

L’ÉTÉ EN FÊTE : FRENCH TOUCH

Le 29e Festival international de Colmar honore Michel Plasson, un des derniers “monstres sacrés” de la scène classique. Rencontre avec un jeune homme de 83 ans, ardent défenseur du répertoire français. # Hervé Lévy

Comment ressentez-vous l’hommage qui vous est rendu à Colmar ?

Je suis touché, comme aurait dit Berlioz, au fond du cœur. J’aime Colmar. J’aime l’Alsace. Comment ne pas l’aimer quand on est chef d’orchestre et qu’on admire Charles Munch ? J’ai tant de souvenirs ici, un des derniers concerts du violoniste Zino Francescatti, des soirées à l’Opéra national du Rhin…

Que dire de La Damnation de Faust de Berlioz (08/07) ?

Berlioz est un des phares – au sens où Baudelaire l’entendait – de la musique de notre pays. En relisant cette partition, j’y vois l’empreinte du génie. Chez beaucoup, il y a du talent, du métier, de l’expérience, du travail, mais chez Berlioz la musique vient d’ailleurs, d’un monde lointain.

Vous proposez aussi un programme Dutilleux / Ravel (05/07)…

J’aime tellement les œuvres d’Henri Dutilleux : il était plein de musiques et de musiques éminemment françaises, c’est-à-dire délicates, raffinées, orchestrées extraordinairement, réservées, pudiques, mais profondément sincères. Il a appelé une de ses pièces Tout un monde lointain : c’est là où il vivait. Ailleurs. Aujourd’hui, il a franchi les frontières de l’éternité. Du reste, la plupart de ses œuvres finissent piano, comme si elles n’allaient jamais s’achever…


Festival international de Colmar

05-14/07, Koïfhus, Chapelle Saint-Pierre & Église Saint-Matthieu

www.festival-colmar.com

M.Plasson et Orchestre de Paris 14.07 ©B.Schmidle

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *