Fip, le flip

Fip, le flip

On se branche sur le 92.3, bande Fm. Courtney Barnett, DJ Muja- Va, April March, Aquaserge, Sinkane, Loyle Carner, Flo Morrissey & Matthew e. White, mais aussi les classiques Cure, Sun Ra ou Portishead : la prog de Fip a des airs de discothèque mondiale idéale. Zéro pub (le luxe !), mais des interventions féminines, voix gracieuses faisant part de leurs conseils avisés et étayés sur l’actu culturelle de Strasbourg et des environs : concert à La Laiterie ou au Troc’afé, pièce de théâtre au TNS ou au Cube noir, spectacle au Maillon ou au Cheval Blanc, rencontre en librairie ou dans une médiathèque… Les huit animatrices strasbourgeoises (4 en CDI + 4 intermittentes en CDD) sont des copines qui nous accompagnent de leurs mots amicaux toutes les dix minutes, de 7h à 19h, lors des décrochages locaux. Créée le 5 janvier 1971, France Inter Paris parsema petit à petit des antennes en province. aujourd’hui, Fip est diffusée dans dix villes (Montpellier, Toulouse…), mais il n’y a que quatre rédactions : à Paris, Bordeaux, Nantes et Strasbourg. Celles de Lille, Marseille ou de Metz ont successivement disparu. La direction de Radio France prévoit – encore – de s’attaquer aux trois « villages d’Astérix », envisageant « de réduire le temps d’antenne en région au fur et à mesure des départs des animatrices et en supprimant par la même occasion le travail des remplaçantes en CDD. Radio France veut créer des mouroirs », déplore Agnès, Fipette vétérante. Depuis 1984, c’est la quatrième fois qu’elle « livre bataille » contre les mauvais plans du groupe. « À défaut d’avoir des projets, radio France fait des plans, cherchant à centraliser l’antenne et uniformiser le réseau ». Le rationaliser et le lisser, c’est « se moquer du fait qu’il y ait des vies derrière cette comptabilité », s’inquiète Amélie, intermittente depuis une dizaine d’années. Ce scénario est bien triste, voire rageant : on ne cesse de nous servir du “lien social” à toutes la sauces, mais on veut museler celles qui se sentent réellement « investies d’une mission de service public de proximité ». Amélie, Agnès, Anne et les autres ne sont pas seules dans leur combat, comme en témoigne l’importante mobilisation de structures culturelles, d’élus et de très nombreux auditeurs. L’avenir réservé à Fip Strasbourg vous stupéfie ? Faites-le savoir ! À l’heure où tous les budgets culturels s’éteignent, Strasbourg pourra-t-il continuer à tenir sa place d’épicentre artistique si cette (douce) voix s’éteint aussi ?

Emmanuel Dosda

Fip Strasbourg sur 92.3 (fm)
www.fipradio.fr
www.radiofrance.fr

Contact du groupe de soutien à Fip : fipmaisoui@gmail.com

p.s. Nous ne savons pas s’il est programmé par Fip, mais écoutez Rivers, nouvel album du groupe strasbourgeois Polaroid3 : sa musique et son univers visuel sont passionnants

Illustration de Jennifer Yerkes pour Mix

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *